Les prix du pétrole baissent en raison des préoccupations accrues en matière d’approvisionnement

By: Michael Harris
Michael Harris
Spécialisé en économie de part son parcours universitaire, passionné par le trading financier, Michael Harris a été un collaborateur… read more.
on Sep 28, 2020
  • La consommation de carburant reste faible car la pandémie entrave les voyages et la reprise économique.
  • Le nombre de nouveaux cas de COVID-19 dans le monde a augmenté cette semaine.
  • Les acheteurs de pétrole viseront à tester à nouveau la barre des 42,30 $.

Les prix du pétrole brut ont continué de se négocier sans direction particulière cette semaine alors que les acheteurs avaient du mal à faire face à une augmentation du nombre de nouveaux cas de coronavirus dans le monde.

Analyse fondamentale : augmentation du nombre de cas de COVID-19

Le nombre de cas de COVID-19 a augmenté aux États-Unis, en particulier dans le Midwest et à New York, qui envisagent de rétablir des obligations de confinement. Jusqu’à présent, le virus a fait plus de 200 000 morts aux États-Unis.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

« Il y a cette deuxième vague de peur qui surplombe le marché pétrolier à ce stade et qui nous retient », a déclaré Phil Flynn, analyste senior chez Price Futures Group à Chicago.

La consommation de carburant dans le pays est encore faible car la pandémie entrave les voyages et la reprise économique. La demande moyenne d’essence sur quatre semaines affiche une baisse de 9 % par rapport à celle de l’année précédente.

La production de pétrole brut en Inde a plongé de 26 % en août par rapport à la production d’il y a un an, en grande partie à cause de la pandémie qui entrave les opérations industrielles et de transport.

De plus, l’arrivée de nouveau pétrole brut sur les marchés pourrait entraîner une augmentation de l’offre et une baisse des prix. Le nombre de plates-formes pétrolières et gazières américaines a grimpé de 6 à 261 dans la semaine du 25 septembre, selon Baker Hughes Co.

La Libye a intensifié sa production tandis que Shell a temporairement mis de côté le premier pétrolier pour charger le pétrole brut de Zueitina en Libye. Ailleurs, la production de pétrole iranien a considérablement augmenté en septembre malgré les sanctions américaines.

Analyse technique : les mouvements monotones continuent

Les prix du pétrole brut ont clôturé la semaine en affichant une baisse de 1,92 %, une semaine après avoir gagné près de 10 %, pour ainsi clôturer au-dessus de la barre des 40 $. Ce qui est important pour les acheteurs, c’est que la clôture hebdomadaire a eu lieu au-dessus des 100-DMA et 200-DMA.

Graphique journalier des prix du pétrole brut (TradingView)

Les haussiers espèrent désormais que cette clôture haussière sera suffisante pour réaliser des gains plus durables cette semaine. Les acheteurs de pétrole viseront à tester à nouveau la barre des 42,30 $, tandis que la confluence de deux lignes de moyenne mobile quotidienne près de 39,00 $ fournira un support.

Résumé

Les prix du pétrole ont baissé de près de 2 % cette semaine en raison de l’augmentation du nombre de nouveaux cas de Covid-19 dans le monde et de l’augmentation prévue de l’offre de pétrole dans un proche avenir.