Le prix du pétrole brut ne parvient pas à à dépasser 42 $ après que l’AIE et l’OPEP ont réduit les perspectives de demande

Ecrit par : Michael Harris
novembre 13, 2020
  • L'AIE et l'OPEP réduisent toutes deux leurs perspectives de demande mondiale de pétrole pour 2020.
  • Les prix du pétrole brut affichent une hausse d'environ 1,4 % aujourd'hui pour revenir à 42,00 $.
  • Le risque est toujours orienté à la baisse alors que les vendeurs envisagent de passer à 40,40 $.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) et l’OPEP ont toutes deux réduit la demande mondiale de produits pétroliers alors que le nombre de nouveaux cas de COVID-19 continue d’augmenter.

Analyse fondamentale : le rebond s’estompe

L’AIE a réduit ses perspectives de demande mondiale de pétrole pour cette année, car il est très peu probable que le COVID-19 ait un impact significatif cette année, ainsi qu’au début de l’année prochaine. L’Agence prévoit désormais une baisse de la demande mondiale de pétrole de 8,8 millions de barils par jour (b/j), ce qui représente un chiffre plus faible que la projection du mois dernier de 9,2 b/j.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

En 2021, l’AIE prévoit une augmentation de la demande de pétrole compte tenu des perspectives peu encourageante de cette année.

« Il est bien trop tôt pour savoir comment et quand les vaccins permettront de reprendre une vie normale. Pour l’instant, nos prévisions n’anticipent pas d’impact significatif au premier semestre de l’année 2021 », a déclaré l’AIE dans son rapport mensuel.

De la même manière, l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) a également réduit ses estimations de la demande mondiale de pétrole pour 2020 et 2021, invoquant à la fois les nouveaux cas de COVID-19 et les faibles perspectives économiques.

L’OPEP s’attend désormais à une baisse d’environ 9,8 millions de b/j par rapport à la même période d’il y a un an, ce qui représente une diminution de 0,3 million de b/j. Les perspectives pour l’année 2021 devraient s’améliorer mais l’OPEP prévoit désormais une correction à la baisse de 0,3 million de barils par rapport aux perspectives publiées le mois dernier.

« Ces révisions à la baisse prennent principalement en compte les ajustements à la baisse des perspectives économiques dans les économies de l’OCDE en raison des mesures d’endiguement du COVID-19, avec les effets négatifs qui en découlent sur les transports et la demande de carburant industriel jusqu’à la mi-2021 », a déclaré l’OPEP dans un communiqué.

Analyse technique : les taureaux ne parviennent pas à conserver leurs gains

Les prix du pétrole brut affichent une hausse d’environ 1,4 % aujourd’hui, à 42,00 $ alors que les acheteurs forcent un retour sur la « scène du crime », étant donné que le prix du WTI n’a pas réussi à clôturer au-dessus de 42 $ hier malgré un voyage à plus de 43 $.

Graphique journalier présentant le cours du pétrole brut (TradingView)

Deux perspectives modifiées pour 2020 et 2021 par l’AIE et l’OPEP ont nui aux perspectives de prix du pétrole brut à court terme, invitant davantage de pressions à la vente pour les traders qui investissent sur le pétrole. Bien que le sommet d’hier représente un plus haut de 2 mois pour le prix du pétrole brut, le risque est toujours orienté à la baisse alors que les vendeurs envisagent un mouvement à 40,40 $.

Résumé

L’AIE et l’OPEP ont réduit leurs perspectives de demande mondiale de pétrole pour 2020 en raison de la flambée du nombre de cas de coronavirus en Europe et aux États-Unis. Les prix du pétrole brut se négocient en dessous de 42 $ pour le moment alors que les haussiers ont du mal à fermer au-dessus de ce point pivot.