Inflation élevée et force du dollar : comment sont-ils liés ?

Par:
sur Mai 17, 2022
  • L'indice du dollar (DXY) s'est renforcé au-dessus de 105 et a enregistré un plus haut en 20 ans.
  • Les développements géopolitiques et les blocages sanitaires maintiendront probablement l'inflation.
  • Dans un environnement belliciste, le capital des investisseurs gravite vers le dollar.

Les marchés financiers se sont vendus dans une déroute massive la semaine dernière, après la publication d’une inflation élevée de la consommation américaine à 8,3 % pour le mois d’avril.

Au milieu du chaos, le Sénat américain a rendu les rênes monétaires mondiales au président de la Réserve Fédérale, Jerome Powell, le plaçant dans la position peu enviable de naviguer dans les courants stagflationnistes.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

En proie à des virus répandus et en constante mutation au cours des deux dernières années, à des mesures de relance apparemment illimitées, à des taux d’intérêt au plus bas et à l’effondrement de chaînes d’approvisionnement bien huilées, l’économie mondiale a été bouleversée.

Pendant les fermetures, les autorités ont déployé des politiques budgétaires ciblées, des programmes de type UBI et des protections de la masse salariale dans le but de préserver le pouvoir d’achat de l’homme ordinaire.

Invoquant le faucon proverbial, Powell a admis que les taux d’intérêt auraient peut-être dû être relevés plus tôt, alors que dans le but de rétablir la stabilité des prix, un atterrissage en douceur est de plus en plus douteux.

Il est peut-être prématuré d’affirmer que les prix à la consommation ont culminé. Encore plus cruciale que le niveau peut être la persistance des pressions inflationnistes.

Inflation persistante et hausse des taux

Le monde est au milieu d’un match d’échecs géopolitique, rempli de sanctions, d’actions militaires et d’approvisionnements énergétiques turbulents. L’indice des prix alimentaires de la FAO s’établissait en moyenne à 158,5, en baisse par rapport à son niveau record de 159,3 enregistré le mois précédent. Même les prix des engrais se déchaînent, affectant les articles les plus essentiels. Les tensions ont augmenté alors que la Russie en venait à des coups verbaux avec la Suède et la Finlande au sujet de leur intention de rejoindre l’OTAN.

Des estimations récentes suggèrent qu’en raison des fermetures à l’échelle nationale, il faudra environ 100 jours aux marchandises chinoises pour atteindre leur destination prévue sur les marchés développés. L’optimisme prudent en Chine s’est pratiquement évaporé avec la probabilité que de sévères restrictions sanitaires soient rétablies.

Ces facteurs ont naturellement contribué aux données préoccupantes de la semaine dernière. L’indicateur avancé des prix à la consommation aux États-Unis, l’indice des prix à la production, a augmenté de 11 % par rapport à il y a un an, montant en flèche après une contraction de -1,5 % en avril 2021.

Dans un tel environnement, il est peu probable que l’inflation recule rapidement, ce qui nécessite une anticipation des hausses de taux.

Cependant, la crédibilité de la Réserve Fédérale en tant que combattant de l’inflation mondiale reste discutable. L’histoire suggère que l’implosion des actions et l’augmentation des paiements de la dette dans un contexte de baisse de la croissance pourraient obliger à repenser la politique. La dette des consommateurs américains connaissant l’augmentation trimestrielle la plus rapide depuis 2007, la hausse des taux pourrait déclencher des défauts de paiement et une profonde récession.

Bien que le président Powell ait insisté sur le fait que les hausses de taux ne seront pas annulées, de nouvelles réalités pourraient émerger et remettre en cause la détermination de la Fed.

Le pouvoir incontesté du dollar

Même si toutes les classes d’actifs ont perdu beaucoup de valeur cette année et que les investisseurs sont nerveux, les marchés ont trouvé refuge dans le dollar. En tant que monnaie de réserve mondiale, le dollar est plus fiable que tout autre instrument financier pour protéger les avoirs d’un investisseur pendant les turbulences du marché.

En fait, pendant l’incertitude du marché cette année, le dollar a pris de la valeur et se négocie même à des sommets historiques. Le DXY est un indice de la force du dollar par rapport aux autres principales devises.

L’économie américaine est considérée comme la plus sûre au monde, où les investisseurs prendraient un risque minimal.

On dit que les obligations d’État américaines offrent le taux sans risque, c’est-à-dire qu’elles sont cet instrument financier qui peut fournir un rendement au risque le plus faible possible (ou considéré comme n’ayant aucun risque du tout).

Théoriquement, les investisseurs investissent en dehors des États-Unis lorsqu’ils cherchent à obtenir un rendement plus élevé. En même temps, ils acceptent que d’autres marchés soient plus risqués.

Cependant, lorsque le sentiment du marché est plus belliciste, c’est-à-dire s’attendant à ce que la Fed relève ses taux, les investisseurs préfèrent quitter les marchés plus risqués et placer leurs investissements aux États-Unis dans le but d’obtenir un rendement plus élevé avec le risque le plus faible possible.

Ainsi, les flux de portefeuille gravitent vers les États-Unis.

Cet effet est visible dans le graphique ci-dessous. Lorsque la probabilité d’une hausse des taux plus élevée augmente selon les études de marché, le DXY ou le dollar se renforce.

Source : Banque de réserve fédérale d’Atlanta ; Veille du marché

Au début de cette année, le DXY s’établissait à 96,21.

La hausse du dollar au cours de l’année est également une réponse aux incertitudes croissantes du marché dues à des blocages sans précédent, à la guerre entre l’Ukraine et la Russie et aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement.

Fin février, le DXY a connu une forte hausse, avec l’invasion de l’Ukraine. Chacun de ces facteurs se traduit par une vision plus belliciste, c’est-à-dire l’attente que l’inflation persistera et que les taux devraient donc être relevés.

Aujourd’hui, alors que la Fed est plus belliciste que jamais, le DXY a galopé à des sommets de 20 ans de plus de 105 au cours de la semaine dernière.

Investir en crypto, actions, ETF & plus en minutes avec notre courtier préféré, eToro
10/10
67% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent