Le FTSE 100 et le CAC 40 ont augmenté pour effacer les pertes

By: Michael Harris
Michael Harris
Spécialisé en économie de part son parcours universitaire, passionné par le trading financier, Michael Harris a été un collaborateur… read more.
on Oct 23, 2020
  • Le FTSE 100 et le CAC 40 sont passés en territoire positif dans l'après-midi.
  • Le cours de l'action Shaftesbury s'est effondré après l'annonce d'une offre d'actions fortement décotée.
  • Le cours de l'action Hermes a gagné plus de 2 % pour enregistrer un nouveau record historique.

L’indice de premier ordre du Royaume-Uni, le FTSE 100, et son homologue français, le CAC 40, ont tous deux progressé dans l’après-midi pour effacer les pertes de ce matin dans l’espoir qu’un accord sur un nouveau projet de loi de relance aux États-Unis pourrait être conclu.

Pourtant, certains analystes restent pessimistes sur le fait que l’accord convenu sera adopté par le Sénat avant le 3 novembre.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

« Même si les deux parties parviennent à parvenir à un accord, étant donné le délai serré qui précède les élections, il est peu probable que quelque chose de ce genre puisse passer par le Sénat sans heurts », a déclaré Carlos Casanova, économiste senior à l’Union Bancaire Privee (UBP ) à Hong Kong.

FTSE : Le secteur immobilier en difficulté

L’indice du FTSE 100 se négocie à 5 775 ou 0,15 % dans le vert après avoir affiché un creux de 4 mois à 5 713 plus tôt dans la journée. L’indice a ouvert plus bas après que le Royaume-Uni a décidé de resserrer davantage les restrictions liées au COVID-19 dans trois autres régions d’Angleterre.

En ce qui concerne les plus gros déménageurs, les actions Shaftesbury (LON: SHB) se sont effondrées d’environ 18 % après que l’investisseur immobilier a annoncé qu’il allait lever jusqu’à 307 millions £ pour améliorer son bilan.

« La levée de fonds annoncée aujourd’hui garantira au groupe la flexibilité et les ressources financières nécessaires pour faire face aux défis opérationnels sans précédent à court terme causés par la pandémie de COVID-19 », a déclaré le directeur général Brian Bickell dans un communiqué.

Les actionnaires existants – Capital & Counties (LON: SHB) et Norges Bank – participeront tous deux à l’offre fortement décotée pour augmenter leurs participations à environ 26 % chacun. Shaftesbury a décidé d’offrir de nouvelles actions à 400 pence, ce qui représente une réduction d’environ 20 % par rapport au prix d’hier.

« Le Conseil estime que l’investissement est proposé à un prix attractif compte tenu des perspectives à long terme et de la résilience du centre de Londres et, il est conforme à la stratégie de Capco d’investir dans des opportunités attrayantes sur ou à proximité du domaine de Covent Garden », indique Capital & Counties, qui a vu ses actions plonger d’environ 10 % en raison de cette nouvelle, dans un communiqué.

De même, le propriétaire de British Airways IAG (LON: IAG) a vu son cours baisser d’environ 5 % après avoir annoncé une perte d’exploitation de 1,3 milliard € pour le troisième trimestre. Autre mauvaise nouvelle pour l’industrie du voyage, IAG a vu son chiffre d’affaires chuter de 83 % à 1,2 milliard € contre les 7,3 milliards € enregistrés il y a un an.

« Les réservations récentes globales ne se sont pas développées comme prévu en raison des mesures supplémentaires mises en œuvre par de nombreux gouvernements européens en réponse à une deuxième vague d’infections au COVID-19, y compris une augmentation des confinements locaux et l’extension des exigences de quarantaine aux voyageurs en provenant d’un nombre croissant de pays. », a déclaré IAG dans sa déclaration.

Sur une note plus positive, l’opérateur de la chaîne de cinéma assiégé Cineworld (LON: CINE) a décidé d’ouvrir 11 cinémas Regal dans l’État de New York. Plus tôt cette semaine, le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a annoncé que les cinémas pourraient commencer à rouvrir le 23 octobre.

Les actions Cineworld affichent une hausse de près de 50 % cette semaine en raison des perspectives légèrement améliorées de l’industrie du cinéma.

CAC 40 : Hermès et Schneider rapportent des chiffres forts

De la même manière, l’indice français du CAC 40 passe en territoire positif après s’être échangé à plus de 2 % dans le rouge ce matin. Le vieux continent a connu une augmentation record du nombre de nouveaux cas de Covid-19 avec l’Espagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie en tête.

« Certains gouvernements ont supposé que le pire était passé … mais maintenant, l’ennemi invisible frappe encore plus fort et je m’inquiète de la fragile reprise économique », a déclaré le stratège de Rabobank Piotr Matys.

Dans une évolution positive, la marque de mode de luxe Hermes (EPA: RMS) a annoncé une hausse de ses ventes comparables à 1,8 milliard € (2,13 milliards $) au cours des trois mois qui ont pris fin en fin septembre. Les ventes sont toujours en baisse de 11 % depuis le début de 2020, mais le groupe a connu un rebond plus rapide que prévu dans le secteur du luxe.

« En 2020, nous assistons à l’affirmation d’engagements stratégiques majeurs avec la responsabilité sociale et environnementale, la digitalisation des usages et des modes de vie, ainsi qu’une dynamique de marché positive en Asie. La prise en compte de ces changements profonds et durables nous permet aujourd’hui de rester confiants malgré un avenir encore incertain », a déclaré Axel Dumas, président exécutif d’Hermès.

Le cours de l’action Hermès a gagné plus de 2 % pour atteindre un nouveau record historique.

De même, les actions Schneider Electric (EPA: SU) ont progressé d’environ 3,5 % après que le géant de l’électricité a dépassé les attentes du marché pour le chiffre d’affaires du troisième trimestre.

Schneider a réalisé un chiffre d’affaires de 6,46 milliards € (7,65 milliards $) dépassant le consensus de 6,03 milliards €. En conséquence, le géant de l’électricité a relevé son objectif de marge bénéficiaire de base pour l’année complète à 15,1 % – 15,4 %, supérieur aux 14,5 % – 15,0 % d’auparavant.

« La crise a renforcé l’agenda de nos clients en matière de développement durable et de numérisation, deux domaines sur lesquels Schneider a concentré sa stratégie », a déclaré Jean-Pascal Tricoire, directeur général, dans un communiqué.

Schneider s’attend désormais à ce que son chiffre d’affaires se situe entre – 5 % et – 7 % en 2020, mieux que – 7% à – 10%.

Résumé

Les deux indices, le FTSE 100 et le CAC 40, se sont négociés modestement dans le vert dans l’après-midi sur l’espoir grandissant qu’un projet de loi de relance pourrait être adopté par le Sénat américain avant les élections du 3 novembre.