Le PDG d’Apollo rétablit les faits sur la relation avec Epstein

Le PDG d’Apollo rétablit les faits sur la relation avec Epstein
Written by:
Jayson Derrick
29th octobre, 23:42
  • La société d'investissement alternative Apollo Global a publié jeudi les résultats du troisième trimestre.
  • La société a déclaré que les actifs sous gestion avaient augmenté de 102 milliards de dollars.
  • Le PDG Leon Black a parlé de sa relation antérieure avec Jeffrey Epstein.

La société mondiale de gestion d’investissements alternatifs Apollo Global Management Inc (NYSE: APO) a annoncé jeudi matin ses résultats du troisième trimestre et le PDG, Leon Black, a publiquement remis les pendules à l’heure sur sa relation avec Jeffrey Epstein.

Résultats du troisième trimestre

Apollo, une entité cotée en bourse, a déclaré que son actif total sous gestion avait augmenté de 102 milliards $ depuis la fin de l’année 2019 pour s’établir à 433 milliards $. La croissance est attribuée à une combinaison de croissance organique des clients de l’assurance, de nouvelles augmentations de capital pour les stratégies existantes, de transactions significatives et du lancement de nouvelles initiatives.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

La poudre sèche, qui est un capital engagé mais non alloué, s’élevait à 45,8 milliards $ à la fin du trimestre. Parmi ceux-ci, 21,9 milliards $ étaient de la poudre sèche qui a un potentiel de frais de gestion futurs.

« Dans une année qui a été assombrie par les turbulences du marché, notre vaste banc de talents a permis la stabilité et la force sur notre plate-forme intégrée à l’échelle mondiale », a déclaré le co-fondateur d’Apollo, Josh Harris, dans le rapport sur les résultats.

Noir : pas de « faute »

Epstein, le mystérieux financier qui a été inculpé en 2019 pour trafic sexuel fédéral impliquant des filles mineures, avait déjà eu une relation de travail avec Apollo’s Black. Le New York Times a rapporté que les deux se connaissaient depuis des décennies et que les affirmations de Black sur une « relation limitée » étaient « plus profondes que ce que M. Black avait laissé entendre », a rapporté le Times.

Jeudi, le PDG a parlé publiquement de sa relation passée avec Epstein lors de sa conférence téléphonique qui portait sur les résultats. Il a reconnu qu’il n’était pas désireux de parler publiquement de questions personnelles, mais la relation « affecte maintenant Apollo » et « cause une profonde douleur à ma famille », a rapporté le Wall Street Journal.

Black a réitéré qu’il avait viré à Epstein des millions de dollars annuellement pour « la planification successorale, les impôts, la structuration d’entités artistiques et les conseils philanthropiques » de 2012 à 2017. Mais tout au long de leur relation de plusieurs décennies, il n’y a eu « jamais d’allégation par personne sur tout acte répréhensible », a déclaré WSJ en citant le PDG.

Toute suggestion ou allégation de chantage ou tout autre lien avec la « conduite répréhensible d’Epstein est catégoriquement fausse ». Le rapport du Times n’a détaillé aucune preuve suggérant le contraire. Néanmoins, l’attention des médias est suffisante pour que les investisseurs de fonds de pension publics d’Apollo et d’autres expriment leur inquiétude, selon le WSJ.

‘Terrible erreur’

Black a reconnu avoir commis une « terrible erreur » en faisant des affaires avec Epstein alors qu’il avait plaidé coupable en 2007 à un accord fédéral de non-poursuite, selon le WSJ. Black, comme d’autres personnes qu’il respectait, jugeait prudent de donner à Epstein une « seconde chance ».

« J’aimerais pouvoir remonter le temps et changer cette décision, mais je ne peux pas », a-t-il également déclaré.

À l’avenir, Apollo a embauché le cabinet d’avocats Dechert LLP pour mener son propre examen indépendant de la relation de Black avec Epstein à la demande de Black lui-même, selon WSJ. Certains investisseurs de l’entreprise attendent peut-être un rapport avant d’engager de nouveaux capitaux, mais l’entreprise a déjà levé 18,4 milliards $ auprès de tiers en 2020, ce qui se situe déjà dans sa fourchette annuelle typique de 15 à 20 milliards $.

Afin de vous offrir une expérience utilisateur exceptionnelle, Invezz utilise des cookies. En utilisant Invezz, vous acceptez notre privacy policy.