Les banque centrales d’Arabie saoudite et des EAU lancent une CBDC

Ecrit par : Ali Raza
décembre 1, 2020
  • Les banques centrales des Émirats arabes unis et d'Arabie saoudite ont récemment publié un rapport sur les progrès de leurs CBDC.
  • Les deux travaillent ensemble depuis début 2019, recherchant la CBDC, ses impacts et les problèmes potentiels.
  • Les banques ont noté qu'il existe de nombreuses améliorations qu'une CBDC pourrait apporter, ainsi que de nouvelles possibilités.

Récemment, la Banque centrale des Émirats Arabes Unis, en partenariat avec la Banque centrale saoudienne (SAMA), a publié un rapport qui explique tous les avantages de l’utilisation d’un système de paiement distribué et de sa combinaison avec une structure de paiement centralisée. Les deux ont uni leurs forces pour travailler sur leur propre monnaie numérique de banque centrale (CBDC).

Les banques centrales des Émirats Arabes Unis et d’Arabie Saoudite publient un rapport conjoint

Les banques ont conclu avec succès leur pilote de CBDC, sur lequel elles ont collaboré pendant un an. Le nouveau rapport fournit des détails sur le soi-disant « projet Aber » et montre des résultats plutôt prometteurs de leur recherche et de leur développement.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

Le rapport met particulièrement l’accent sur les améliorations majeures en ce qui concerne la résilience architecturale des systèmes de paiement centralisés.

La prochaine étape pour les banques est d’atténuer les risques économiques qui ont souvent été soulignés lorsqu’il s’agit de CBDC. Les banques centrales envisagent d’adopter le DLT et examinent si des actifs tels que les obligations peuvent être réglés.

Un conseil : vous recherchez une application pour investir de manière judicieuse ? Investissez en sécurité en vous inscrivant sur notre choix préféré, eToro: visitez et créez un compte

Qu’ont découvert les banques et quelle est la prochaine étape ?

Initialement, les banques ont commencé à collaborer sur cette question au début de l’année 2019. Leur objectif était de lancer la crypto-monnaie appelée Aber, qui se traduit par « Crossing Boundaries » en arabe. Désormais, les conclusions des banques indiquent qu’une crypto-monnaie transfrontalière à double émission est techniquement viable.

Non seulement cela, mais il est également possible de créer un système de paiement distribué complet, qui apportera des améliorations significatives par rapport au système actuel utilisé par les pays.

Toutes les principales exigences identifiées au cours de la recherche ont été satisfaites, y compris des éléments comme la décentralisation, la confidentialité ou encore l’atténuation des risques économiques. La prochaine étape de la recherche des banques est l’exploration de nouvelles options, telles que l’expansion de la structure de livraison par rapport à la structure de paiement, un cadre pour le RTGS (Real-Time Gross Settlement) et plus encore.

Ils ont noté qu’il existe même la possibilité d’étendre le projet géographiquement, ce qui leur permettrait d’inclure d’autres banques centrales et de relier des réseaux hétérogènes entiers.