Un fonds de Goldman Sachs parie sur l’immobilier

By: Jayson Derrick
Jayson Derrick
Jayson vit à Montréal avec sa femme et sa fille, adore regarder le hockey et cherche toute sa vie à perfectionner… read more.
on Déc 23, 2020
  • Un fonds de Goldman Sachs a acheté une participation minoritaire dans un autre fonds axé sur l'immobilier.
  • Oak Street Real Estate Capital achète des propriétés avec des locataires et leur loue l'espace.
  • Les entreprises d'investissement en rachat-crédit-bail sont plus performants que leurs homologues immobiliers.

Un fonds d’investissement appartenant au géant de Wall Street, Goldman Sachs Group Inc (NYSE: GS), fait un pari sur les magasins, entrepôts et autres propriétés immobilières, selon le Wall Street Journal.

Stratégie de cession-bail

Un fonds de Goldman Sachs, appelé Petershill, a acheté une participation minoritaire dans un autre fonds appelé Oak Street Real Estate Capital. Oak Street a été lancé en 2009 et a depuis levé plus de 6,5 milliards $ de capitaux. Le fonds se concentre sur l’acquisition de propriétés immobilières, puis sur la location d’espaces à des locataires commerciaux.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

On ne sait pas combien Goldman a investi dans Oak Street et Goldman pourrait y avoir investi beaucoup. Les futures campagnes de financement seront beaucoup plus faciles car le nom d’Oak Street est lié à Goldman et il peut compter sur le carnet d’adresse mondial de Goldman, composé de gros investisseurs et d’importantes institutions.

Goldman peut également aider Oak Street à s’étendre au-delà de son marché actuel des États-Unis et du Canada, selon WSJ. Oak Street peut également se présenter aux chaînes de pharmacies, aux détaillants, aux entreprises de logistique et à d’autres entreprises qui seraient potentiellement intéressées par un accord de cession-bail.

Ces entreprises bénéficieraient d’une infusion de liquidités provenant du produit unique d’une vente. En outre, les chaînes de vente au détail et les autres entreprises ne sont généralement pas actives dans la propriété immobilière et peuvent ne pas vouloir assumer les responsabilités liées à la possession de terrains.

Le cofondateur et chef de la direction d’Oak Street, Marc Zahr, a déclaré à WSJ que la valeur totale de toutes les entreprises de bonne qualité aux États-Unis et au Canada auxquelles elle s’adresse était de 8,3 billions $. Le chiffre est à peu près quatre fois plus élevé lorsque l’on considère le monde entier.

Vous recherchez plus d’actualités et d’analyses immobilières ? Consultez cette page Invezz.

Timing étrange pour un accord ?

Le moment de l’expansion de Goldman dans une transaction immobilière peut sembler étrange à certains car l’impact de la pandémie de COVID-19 sur l’immobilier peut ne pas être clair pendant plusieurs années. Mais les données de la société d’analyse immobilière commerciale Green Street racontent une histoire différente.

En avril, 25 % des locataires n’étaient pas en mesure de payer le loyer dû à une entreprise publique de Green Street. En décembre, ce chiffre est tombé à 10 %.

Les participations dans les cession-bail de l’immobilier ont mieux résisté que leurs autres homologues immobiliers. Plus précisément, les actions d’une société de cession-bail sont en baisse de 20 % depuis le début de la pandémie par rapport aux FPI des centres commerciaux qui sont en baisse de 35 % et aux centres FPI des centres qui sont en baisse de 23 %.

Les sociétés de cession-bail ont tendance à surpasser les autres FPI parce qu’elles sont exposées à des dépanneurs et à d’autres détaillants qui répondent à des besoins urgents et immédiats, comme les pharmacies.

« Si vous rentrez du travail en voiture, vous voudrez peut-être vous arrêter chez un dépanneur et obtenir ce dont vous avez besoin tout de suite », a déclaré Spenser Allaway, un analyste de Green Street, à WSJ. « Vous n’allez pas le commander sur Amazon. »

Investir en crypto, actions, ETF & plus en minutes avec notre courtier préféré, eToro
7/10
67 % des comptes CFD d'investisseurs particuliers perdent de l'argent