La Turquie va commencer à surveiller les transactions cryptographiques d’une valeur supérieure à 868 £

By: Jinia Shawdagor
Jinia Shawdagor
Jinia Shawdagor est une écrivaine fintech basée en Suède. C'est une passionnée de crypto-monnaie, de blockchain et d'iGaming, et elle écrit… read more.
on Mai 8, 2021
  • Cette politique donnera à MASAK un pouvoir d'audit complet sur tous les échanges cryptographiques du pays.
  • Avant cette politique, la Turquie interdisait l'utilisation de la cryptographie comme paiement.
  • Le président turc veut lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Le gouvernement turc a introduit une nouvelle politique qui obligera tous les échanges cryptographiques du pays à déclarer toutes les transactions cryptographiques d’une valeur supérieure à 10 000 £ au Financial Crimes Investigation Board (MASAK). Le ministre du Trésor et des Finances du pays, Lütfi Elvan, a fait cette annonce le 6 mai lors d’une émission en direct sur une chaîne d’information locale. Apparemment, cette initiative vise à lutter contre la fraude liée à la cryptographie dans le pays.

Selon Elvan, la nouvelle politique accordera à MASAK une autorité d’audit complète sur tous les échanges cryptographiques du pays.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

Ces changements font suite à l’arrestation de 62 personnes par la police turque dans le cadre d’un programme de sortie cryptographique qui a vu 391 000 Turcs perdre environ 1,43 milliard £. Selon certaines informations, l’échange de crypto-monnaies Thodex s’est arrêté brusquement, empêchant ses utilisateurs de négocier et de retirer leurs fonds. Après les arrestations, les autorités ont émis 16 autres mandats d’arrêt contre des personnes également impliquées dans l’arnaque.

Travailler pour créer un environnement cryptographique sûr

Cette nouvelle survient alors que la Turquie passe d’une approche attentiste à la cryptographie à un modèle réglementé. Selon un rapport précédent, le ministère du Trésor et des Finances s’est associé à la Banque centrale, à l’Agence de régulation et de surveillance bancaire et au conseil d’administration du marché des capitaux pour étudier les crypto-monnaies. Ce groupe de travail a également pris en compte les opinions d’experts et de représentants des échanges locaux de crypto-monnaies lors de la réalisation de l’étude.

Un mois plus tard, la Banque centrale de la République de Turquie (CBRT) a rédigé la première règle du pays qui réglemente l’espace cryptographique. Le règlement a interdit l’utilisation de la crypto-monnaie pour le paiement de biens ou de services. Expliquant pourquoi cette décision était pertinente, la CBRT a déclaré que les transactions réalisées en crypto-monnaies comportent un risque irrévocable. L’autorité a ajouté que les monnaies numériques sont extrêmement volatiles, car elles ne sont pas régies par une autorité de régulation centrale.

Dans le but d’élargir les règles relatives à la cryptographie, le président turc, Recep Tayyip Erdoğan, a publié un décret qui a ajouté les échanges cryptographiques à la liste des entreprises relevant de la réglementation anti-blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Investir en crypto, actions, ETF & plus en minutes avec notre courtier préféré, eToro
7/10
67 % des comptes CFD d'investisseurs particuliers perdent de l'argent