Prévision de prix pour le SPX : « pas besoin d’être négatif »

By: Wajeeh Khan
Wajeeh Khan
Wajeeh est un adepte actif des affaires mondiales, de la technologie, un lecteur avide et aime jouer au tennis… read more.
on Sep 15, 2021
  • JPMorgan relève son objectif de fin d'année sur l'indice S&P 500 à 4 700.
  • Dubravko Lakos de la banque d'investissement discute de l'appel haussier sur CNBC.
  • L'indice de référence est en hausse d'environ 20 % depuis le début de l'année.

L’indice de référence S&P 500 est en hausse de 20 % depuis le début de l’année, et JPMorgan dit qu’il augmentera un peu plus avant la fin de l’année.

Dans une note publiée mercredi, le responsable de la stratégie actions américaines de JPMorgan, Dubravko Lakos, a relevé son objectif de cours de fin d’année sur SPX à 4 700, ce qui représente une hausse d’environ 5,0 % par rapport à sa valeur actuelle. L’élan devrait se poursuivre l’année prochaine, l’indice de référence devant atteindre 5 000 à un moment donné en 2022, a ajouté l’analyste.

Remarques de Lakos sur le « Halftime Report » de CNBC

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

L’appel haussier de JPMorgan contraste avec Morgan Stanley et RBC qui ont récemment averti que SPX pourrait voir une correction allant jusqu’à 10 % dans les mois à venir. Commentant le « pessimisme », Lakos a déclaré dans le « Half-time Report » de CNBC :

« Je pense que cela fait référence à la pandémie de COVID qui a retardé la reprise du marché du travail, a un peu touché la confiance des consommateurs et a ralenti les données économiques et cycliques générales. Mais si les restrictions liées à la pandémie s’assouplissent dans les semaines à venir, nous pourrions réaccélérer et potentiellement une saison des vacances beaucoup plus saine. »

Autres raisons pour lesquelles Lakos voit un potentiel dans le SPX

D’autres raisons pour lesquelles l’analyste de JPMorgan voit une hausse dans l’indice S&P 500 incluent une reprise imminente de l’activité transfrontalière et du tourisme, des titres qui ont atteint leur plus bas de 25 ans.

« Je pense qu’il n’est pas nécessaire d’être négatif sur le cycle, pas besoin d’être négatif sur le consommateur », a ajouté Lakos.

Le stratège en actions a convenu que certaines parties du marché n’étaient pas très excitantes pour le moment, mais s’est concentré sur les titres de réouverture comme les compagnies de croisière où le rapport risque/récompense, a-t-il dit, était « assez attrayant ».

Investir en crypto, actions, ETF & plus en minutes avec notre courtier préféré, eToro
7/10
67 % des comptes CFD d'investisseurs particuliers perdent de l'argent