Comment les indices boursiers ont-ils évolué en 2022 ? Quelle suite pour 2023 ?

Par:
sur Jan 5, 2023
Listen to this article
  • 18 000 milliards $ ont été retirés des marchés boursiers mondiaux en 2022.
  • Le S&P 500 n'a enregistré des années négatives consécutives que deux fois, au cours des 80 dernières années.
  • L'indice britannique FTSE 100 est l'un des rares à avoir généré des rendements positifs l'an dernier.

L’indice MSCI All-Country World est un indice boursier qui suit près de 3 000 actions dans 48 économies développées et émergentes. Il est aussi proche que possible d’un proxy du marché boursier mondial et, par conséquent, l’examen de ses rendements donne une bonne image de la vie des investisseurs en actions.

Depuis 1987, l’indice a rapporté en moyenne 8,24 %. Le nombre élevé montre la puissance de l’investissement passif à long terme. Mais ce nombre est une moyenne, et l’année 2022 était tout sauf moyenne. L’inflation galopante, une guerre en Europe et une transition vers un environnement de taux d’intérêt élevés ont entraîné une baisse drastique des marchés.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

Les actions mondiales perdent 18 000 milliards $ en 2022

Cette année, l’indice a chuté de 20 % alors que près de 18 000 milliards $ ont été effacés des valeurs boursières mondiales. Il s’agit de la pire chute depuis 2008, année où elle avait chuté de plus de 43 %.

Les rendements seront-ils à nouveau négatifs en 2023 ?

En nous concentrant sur le S&P 500, qui reste un solide indicateur du marché boursier et pour lequel nous disposons d’un plus grand échantillon de données, nous pouvons revenir sur le siècle dernier pour évaluer la fréquence à laquelle nous voyons des années consécutives de rendements négatifs.

Seulement deux fois au cours des 80 dernières années, nous avons connu des années consécutives de rendements négatifs. La première a été 1973/1974 lorsque l’indice a donné -17,4 % et -29,7 % respectivement, puis à nouveau en 2000, 2001 et 2003, lorsque l’indice a chuté de 10,1 %, 13,0 % et 23,4 % respectivement.

Ainsi, bien que des années consécutives de rendements négatifs soient peu probables, ce n’est pas inconnu. En outre, l’environnement actuel est tout à fait unique – peut-être que seules les années 70 offrent une comparaison raisonnable – en ce sens que nous luttons contre une inflation élevée avec des hausses de taux agressives dans un contexte de crise énergétique mondiale.

Faisons un examen plus approfondi de la singularité de l’environnement lors de la superposition sur le marché obligataire. Seulement cinq fois dans l’histoire, le S&P 500 et les bons du Trésor à 10 ans ont chuté au cours d’une même année : 1931, 1941, 1969, 2018 et 2022.

Le fait que jamais auparavant ces deux paramètres n’aient chuté de plus de 10 % accentue encore le choc de 2022. Le marché boursier et le marché obligataire ont été complètement ravagés cette année, et c’est quelque chose que nous ne voyons presque jamais.

Quels sont les indices qui ont le mieux performé en 2022 ?

C’était une mauvaise image à tous les niveaux en 2022. Le Stoxx 600 Européen, qui capte environ 90 % de la capitalisation boursière du marché européen dans 17 pays, a glissé de près de 13 %. Le DAX allemand a été similaire, en baisse de 12,3 %, tandis que le CAC 40 français a chuté de 9,5 %.

Le FTSE 100 se démarque cependant avec un petit gain de 1,2 %. L’indice britannique a résisté à la tempête de trois premiers ministres et à une crise suffocante du coût de la vie l’année dernière. Cependant, cela n’est peut-être pas représentatif, les gains liés aux matières premières poussant l’indice à la hausse, ainsi qu’une livre sterling extrêmement faible qui stimule les ventes dans ce qui est un indice très axé sur les exportations.

Sinon, il n’y a pas beaucoup de positivité à choisir. Les actions asiatiques étaient similaires, les indices de Hong Kong et de Chine enregistrant des baisses, ces derniers menant la bataille supplémentaire de confinements stricts et de manifestations perturbatrices tout au long de l’année.