Le coût du logement est-il hors de portée au Canada pour la personne moyenne ? 100 % vrai

Par:
sur Jan 23, 2023
Listen to this article
  • Les prix de vente moyens des maisons au Canada sont tombés à 626 318 $ CA à la fin de l'année 2022.
  • Le revenu moyen au Canada est de 60 355 $.
  • Un ménage moyen de deux personnes ne peut pas se permettre d'acheter une maison moyenne au Canada en 2023.

Nous savons que vous devez en avoir assez des articles de presse incessants sur l’immobilier. Pendant que j’y suis, je n’ai pas vu beaucoup de publications ventiler les coûts des logement avec des chiffres réels.

Je vais donc prendre sur moi de le faire et de vous montrer à quel point les coûts du logement sont devenus inabordables dans mon pays natal, le Canada, pour le ménage moyen ayant un revenu moyen en 2023.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

Prix des logements au Canada de 2019 à 2023

Consultez ces titres de l’actualité immobilière ainsi que les titres respectifs pour voir la hausse (et la baisse) spectaculaire et rapide des prix des maisons au Canada de 2019 au début de l’année 2023.

  • Le prix moyen national d’une maison vendue au Canada (en juillet 2019) était d’un peu moins de 500 000 $ (source)
  • Le prix moyen national a atteint 816 720 $ en février 2022 (source) juste avant que la banque centrale ne déclenche une myriade de hausses de taux.
  • Le prix moyen national est tombé à 626 318 $ à la fin de l’année 2022 (source).

Bonne nouvelle, non ? Les prix des logements sont élevés par rapport à l’ère pré-COVID mais en forte baisse depuis le début de l’année 2022. Eh bien, non. Pas du tout, c’est toujours très mauvais pour la personne moyenne.

Calcul des frais hypothécaires : un exemple simple

Comparons une maison moyenne vendue en 2019 à un taux hypothécaire moyen en utilisant des données compilées par Superbrokers.

Une maison de 500 000 $ (moins 100 000 $, ou une mise de fonds de 20 % qui élimine le fardeau financier supplémentaire d’une assurance de prêt hypothécaire qui varie de 0,6 % à 4,5 % du montant de l’hypothèque) signifie qu’un nouveau propriétaire doit financer 400 000 $, ce qui se traduit par un versement hypothécaire de 2 278,84 $ par mois (plus ou moins).

Maintenant, supposons que cette maison s’apprécie en ligne avec la moyenne nationale et a un prix de vente de 626 318 $. Un acompte identique de 20 % signifie que le nouveau propriétaire doit trouver environ 125 000 $ et financer les 501 000 $ restants. À l’aide d’un calculateur de prêt hypothécaire en ligne, un paiement mensuel de 3 113,70 $ est requis pour emménager dans cette maison moyenne.

Pour récapituler, un nouveau propriétaire en 2023 doit débourser plus de 25 000 $ supplémentaires pour un acompte de 20 % et payer 834,86 $ supplémentaires par mois par rapport à 2019. Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une forte augmentation et a poussé de nombreux acheteurs potentiels hors du marché depuis 2019.

Un prêt hypothécaire est-il abordable pour le ménage moyen en 2023 ?

Voici à quoi ressemble une maison moyenne à un coût moyen près de chez moi. Il ne fait aucun doute que cela ressemble à une belle maison pour élever une famille et créer de nouveaux souvenirs. En tant que chef à domicile passionné, la cuisine a besoin d’une refonte complète et je ne suis pas sûr de pouvoir continuer à accueillir plus de 10 personnes pour le dîner.

Mais bon, ce n’est pas trop mal. En fait, c’est… assez moyen.

Cela dit, passons aux chiffres.

La moyenne nationale des salaires au Canada s’élève à 60 355 $ par an. Il s’agit d’un revenu brut qui équivaut à 41 453 $ après ces satanés impôts canadiens.

En supposant une maison de travail pour deux personnes (encore une fois, tout est basé sur la moyenne), nous pouvons voir très rapidement qu’un revenu mensuel du ménage de 6 908 $ est loin d’être assez proche pour s’offrir cette maison. Ce sont pour la plupart des chiffres approximatifs, alors gardez cela à l’esprit.

83 % des revenus de la famille couvrent à eux seuls les frais fixes de subsistance et de logement. QUATRE-VINGT-TROIS POUR CENT ! Même si cette famille n’a pas de voiture, la réduction de 800 $ par mois (presque impossible pour une famille avec enfants, mais allons-y) des dépenses ne fait baisser le ratio qu’à 72 %.

De nombreux experts s’accordent à dire que les ménages ne devraient pas consacrer plus de 30 % de leur revenu avant impôt aux frais de logement. Cela est impossible car les frais hypothécaires représentent à eux seuls dans cet exemple plus de 30 % d’un revenu avant impôt.

Il y a bien sûr de nombreux coûts supplémentaires qui représentent un budget familial typique qui ont été laissés de côté (éducation, divertissement, fonds de réparation d’urgence, ameublement, vêtements, vacances, épargne, etc). Il va sans dire que les 1 144,3 $ de revenu mensuel restants peuvent être étiré pour couvrir les dépenses restantes.

Tenez compte de la hausse des coûts des aliments et de l’énergie et la partie logement d’un budget représentera un pourcentage plus élevé de revenu au cours des prochaines années.

Oh, les taux d’intérêt canadiens remonteront probablement mercredi et ne devraient pas baisser à aucun moment en 2023 ? Je suppose que ces chiffres sont encore plus obsolètes au moment où vous lisez ceci et que le logement est déjà devenu de plus en plus cher.