Les restrictions agricoles et les exportations indiennes sont « une nécessité du moment », déclare Vishandass de l’IIPA

Par:
sur Dec 23, 2023
Listen
  • Selon le professeur Vishandass, ces restrictions étaient nécessaires pour garantir que la demande intérieure soit satisfaite.
  • À long terme, une meilleure prévision de la demande et des informations statistiques détaillées sont cruciales.
  • Les calculs du coût des ressources intérieures sont indispensables aux décisions de politique agricole.

Suivez Invezz sur TelegramTwitter, et Google Actualités pour recevoir des notifications de dernière minute >

L’inflation des prix de détail en Inde en novembre a atteint son plus haut niveau en trois mois et, à 5,6 % en glissement annuel, elle se rapproche du plafond de ciblage d’inflation de 4 % (+/-)2 % fixé par la Reserve Bank of India.

Vous cherchez des signaux et des alertes de la part de pro-traders ? Inscrivez-vous à Invezz Signals™ GRATUITEMENT. Cela prend 2 minutes.

Sous l’effet de la hausse des prix des produits alimentaires, c’est le cinquantième mois consécutif où l’indice des prix à la consommation (IPC) dépasse 4 % en glissement annuel, tout en marquant également la première augmentation depuis juillet 2023.

L’indice des prix des produits alimentaires à la consommation (CFPI) a bondi à 8,7 % sur un an en raison de conditions météorologiques difficiles, de précipitations inégales et d’une demande accrue pour les fêtes.

Les épices, les légumineuses et les légumes ont ouvert la voie, avec une hausse de 21,6 %, 20,2 % et 17,7 %, sur une base annualisée.

Les produits de sucre et de confiserie ont également augmenté de 6,5 % sur un an, tandis que les stocks régulateurs de sucre ont diminué et que la production devrait diminuer au cours de la saison 2023-24.

En conséquence, les décideurs politiques ont déterminé que des mesures du côté de l’offre étaient nécessaires.

Celles-ci comprenaient des restrictions à l’exportation sur des produits essentiels tels que les oignons, le riz et le blé, ainsi qu’une décision de réduire la quantité de sucre livrée aux distilleries d’éthanol.

Pour avoir une meilleure idée de la politique agricole en Inde et des implications de ces mesures, nous avons discuté avec un expert agricole renommé, le professeur Ashok Vishandass.

Dr Ashok Vishandass, professeur (économie appliquée) à l’Institut indien d’administration publique (IIPA) s’intéresse à l’agriculture durable, à la gestion des risques et au commerce international.

En tant qu’ancien président de la Commission des coûts et des prix agricoles (CACP) au ministère de l’Agriculture et du Bien-être des agriculteurs au niveau du secrétaire du gouvernement. de l’Inde, il possède une expérience riche et diversifiée dans la formulation de politiques agricoles en matière de prix et hors prix, y compris la fixation du prix de soutien minimum de divers produits agricoles.

Ce qui suit sont des extraits édités de notre discussion.

Q) À la lumière des nouvelles restrictions agricoles et des restrictions à l’exportation, pensez-vous que le gouvernement indien (GoI) a pris les mesures appropriées pour gérer la hausse de l’inflation alimentaire ?

A) Les restrictions dans la situation actuelle sont nécessaires car nous devons d’abord répondre en priorité à la demande intérieure. C’était impératif.

Deuxièmement, l’inflation doit être maintenue dans la fourchette de 4 % +/-2 % fixée par la RBI. Ce sont les contraintes auxquelles le gouvernement est confronté et ces restrictions étaient donc nécessaires à l’heure actuelle.

Q) À votre avis, d’autres mesures sont-elles nécessaires ?

A) Les restrictions sont appropriées mais il aurait été préférable de mettre en place certaines prévisions de demande.

Nous avons besoin d’une base de données solide sur la demande, la production et la consommation. Il faut qu’un système statistique approprié soit en place.

Cela aurait pu permettre d’éviter des restrictions brutales sur les exportations et de mieux calibrer les décisions politiques. Mais c’est un processus à long terme.

Deuxièmement, les mesures ont certaines répercussions sur les producteurs et les exploitations agricoles.

Par exemple, les agriculteurs peuvent avoir engagé certaines livraisons auprès de leurs clients qui peuvent être basés à l’étranger.

Cela dit, ces mesures étaient nécessaires car il y avait une urgence mais à long terme, il faut être préventif plutôt que curatif.

Q) Étant donné que certains contrats à l’étranger pourraient être affectés, ces restrictions pourraient-elles nuire aux efforts de développement de la marque mondiale de l’Inde ?

A) C’est préoccupant, mais il est évident que le gouvernement choisira le moindre mal, et il a fait ce qu’il fallait.

En fin de compte, le gouvernement doit nourrir les consommateurs nationaux, ce qu’il a fait dans la situation que nous traversons actuellement.

Q) Où voyez-vous l’inflation alimentaire et la sécurité alimentaire dans les six à douze prochains mois ?

A) Mon point de vue est que le gouvernement prend des mesures adéquates pour contenir l’inflation alimentaire.

Deuxièmement, la taille de la récolte est bonne et je ne pense pas que la disponibilité sera un problème. Le seul problème à l’heure actuelle est celui de l’accessibilité financière, car les coûts de production augmentent.

Il y a trois éléments à prendre en compte pour la sécurité alimentaire : l’abordabilité, la disponibilité et l’accessibilité.

Parmi ces trois A, la disponibilité et l’accessibilité ne constituent pas un problème pour notre pays.

Mais bien entendu, l’accessibilité financière est un problème qui peut être résolu par des mesures gouvernementales ou par certaines subventions destinées à aider les couches de la population confrontées à ce problème.

Mais pour gérer d’éventuels déficits futurs, mieux vaut avoir une prévision de production à long terme puis calibrer la production en fonction de la demande.

Q) Étant donné que l’Inde est l’un des plus grands producteurs d’éthanol au monde, quelles pourraient être les conséquences des restrictions sur le sucre pour nos exportations ?

A) Oui, les exportations d’éthanol sont importantes, mais notre objectif à long terme (avec l’éthanol) est de réduire la dépendance à l’égard des importations de combustibles fossiles.*

Le problème de l’éthanol en Inde est qu’il affecte notre production alimentaire.

Le problème de la canne à sucre, en particulier, est qu’elle est une culture gourmande en eau.**

Nous sommes un pays souffrant de stress hydrique et c’est un problème que nous ne pouvons ignorer. C’est l’un des inconvénients de l’utilisation de la canne à sucre pour l’éthanol.

Il faut adopter une vision équilibrée de la conversion de ces cultures à l’éthanol, car nous devons prendre en compte la consommation d’eau et la sécurité alimentaire.

La canne à sucre n’est peut-être pas la meilleure voie pour réduire la dépendance aux importations de carburant.

Le maïs et le maïs sont d’autres sources possibles, mais là encore, il s’agit de cultures vivrières.

Dans le cas du maïs, la qualité du sol et les conditions météorologiques sont des facteurs importants à prendre en compte.

Par exemple, le Pendjab offre des conditions très favorables et le maïs y est traditionnellement cultivé. Cependant, une grande partie de cette superficie a désormais été remplacée par la culture du riz.

Un autre avantage du maïs est qu’il n’est pas une culture gourmande en eau, ce qui pourrait donc être une option pour son utilisation dans l’éthanol.

Le plus important est de redéfinir ce qu’est notre demande et ce qu’elle est susceptible de devenir.

Nous devons donc nous concentrer sur la production en fonction de la demande, au lieu de produire plus que ce qui est nécessaire, puis continuer à essayer de stocker et d’exporter.

Par exemple, le paddy en est un bon exemple. Nous n’avons pas besoin de beaucoup de paddy, mais nous en exportons environ 10 millions de tonnes. C’est une culture gourmande en eau, ce qui signifie que nous exportons de l’eau virtuelle.

Ainsi, la diversification vers le maïs est également recommandée car il consomme moins d’eau, mais comme il y aura un compromis entre les cultures vivrières et les produits non alimentaires, c’est une question très délicate.

Comme je l’ai mentionné plus tôt, je ne soutiendrais pas la conversion du jus de canne en éthanol. Ce n’est pas durable et consomme beaucoup d’eau.

Q) Est-il viable d’utiliser le riz comme aliment pour la conversion de l’éthanol ?

A) Eh bien, cela pourrait peut-être être à court terme avec des stocks excédentaires, mais je ne souscris pas à l’idée d’une conversion. Il est important de considérer les intrants du riz.

Il y a deux aspects majeurs à considérer. L’un d’entre eux est le coût financier privé supporté par les agriculteurs pour s’engager dans ces opérations, qui offre une image relativement étroite de la situation.

L’autre est le coût des ressources intérieures (DRC), plus technique. La RDC est un concept beaucoup plus large et englobe le coût pour la nation en termes de ressources.

Dans le cas de la production de riz, la RDC est trop lourde. On ne peut pas produire du riz dans le seul but de le transformer en carburant. Ce n’est pas durable puisque nos nappes phréatiques diminuent.

En raison de subventions excessives, de nombreux agriculteurs bénéficient déjà d’électricité et d’eau gratuites. Les coûts ne sont peut-être pas visibles, mais pour moi, il s’agit d’une RDC très coûteuse, et nous devons garder à l’esprit la situation dans son ensemble lorsque nous modifions toute politique.

Q) Y a-t-il une autre mesure politique que vous aimeriez voir de la part du gouvernement pour soutenir l’agriculture dans le pays ?

A) Il faut se concentrer davantage sur les agriculteurs. Des mesures importantes incluraient la rationalisation de la politique en matière d’engrais et l’octroi de certaines subventions par hectare.

La situation sur le terrain est particulièrement défavorable aux métayers puisqu’ils n’ont pas de droits sur la terre et manquent de bénéfices. Il s’agit d’un domaine important qui doit être abordé.

*Selon la Cellule de planification et d’analyse pétrolières du GoI, la dépendance aux importations est de 87,8 %.

** Selon l’ Institut indien de recherche sur la canne à sucre de Lucknow, la culture de la canne à sucre nécessite entre 1 400 et 2 300 mm dans les régions subtropicales et entre 2 000 et 3 500 mm dans les régions tropicales.

Cet article a été traduit de l'anglais à l'aide d'outils d'intelligence artificielle, puis relu et corrigé par un traducteur local.

Sucre Agriculture Matières Premières