Prévisions de prix pour le Dow Jones, le S&P 500 et le Nasdaq après le rapport sur l’emploi d’octobre

Par:
sur Nov 5, 2022
Listen to this article
  • Les États-Unis ont créé 261 000 emplois en octobre.
  • Le taux de chômage a grimpé à 3,7 % contre 3,5 % en septembre.
  • Le marché a bien accueilli la mauvaise nouvelle de la hausse du chômage.

Les trois principaux indices de Wall Street ont progressé vendredi après un rapport sur l’emploi mitigé qui avait suscité l’espoir que la Réserve Fédérale passe à des hausses de taux d’intérêt plus faibles lors des prochaines réunions.

Les États-Unis ont ajouté 261 000 emplois en octobre, ce qui a dépassé l’estimation des économistes de 198 000 pour le même mois.

Vous recherchez des nouvelles rapides, des conseils pratiques et des analyses de marché ? Inscrivez-vous à la newsletter Invezz, dès aujourd'hui.

Par ailleurs, le taux de chômage a grimpé à 3,7 % contre 3,5 % en septembre, et selon le récit bien établi, la montée de l’optimisme sur les marchés a été déclenchée par l’hypothèse que pour la Réserve Fédérale, la hausse du chômage pourrait être un argument pour revoir sa politique monétaire belliciste et ralentir le rythme des hausses de taux d’intérêt.

Le marché boursier américain a bien accueilli la mauvaise nouvelle de la hausse du chômage, mais les investisseurs doivent garder à l’esprit que le marché du travail américain a confirmé que l’économie est toujours sur des bases solides ; le marché du travail évolue dans le sens souhaité par la Fed, et le taux de chômage n’est toujours pas préoccupant. Ian Shepherdson, économiste en chef de Pantheon Macroeconomics, a déclaré :

L’essentiel ici est que le marché du travail se ramollit mais n’a pas encore atteint le point où les données crient à la Fed d’arrêter de resserrer les taux.

La banque centrale américaine a procédé à une quatrième augmentation consécutive de 75 points de base de son taux directeur ce mercredi et a annoncé son intention de poursuivre le cycle de resserrement.

Ce fut une nouvelle décevante pour les investisseurs qui espéraient que les hausses de taux jusqu’à présent fonctionnaient suffisamment bien pour que la banque centrale américaine commence à parler d’un ralentissement des hausses de taux.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré que la Fed avait encore du travail à faire et que, pour l’instant, le potentiel de hausse des trois principaux indices de Wall Street restait limité.

Le S&P 500 est en hausse de 1,36 % vendredi

Le S&P 500 (SPX) a avancé de 1,36 % vendredi et a clôturé la semaine à 3 770 points.

Source des données : tradingview.com

Le potentiel de hausse reste encore limité, mais si le prix saute au-dessus de 3 900 points, la prochaine cible pourrait être une résistance qui se situe à 4 000 points.

Le support important se situe à 3 500 points, et si le cours descendait en dessous de ce niveau, ce serait un signal de « vente », et nous avons la voie ouverte vers 3 300 points.

Le DJIA est en hausse de 1,26 % vendredi

Le Dow Jones Industrial Average (DJIA) a augmenté de 1,26 % vendredi et a clôturé la semaine à 32 403 points.

Source des données : tradingview.com

Si le prix saute au-dessus de 32 500 points, la prochaine cible pourrait être une résistance à 33 000 points.

Le niveau de support actuel se situe à 31 000 points, et si le prix tombe en dessous de ce niveau, le prochain objectif pourrait être de 30 000 points.

Le Nasdaq Composite est en hausse de 1,28 % vendredi

Le Nasdaq Composite (COMP) a bondi de 1,28 % vendredi et a clôturé la semaine à 10 475 points. Malgré cela, la perspective d’une politique monétaire plus agressive incite les investisseurs à la prudence et le potentiel de hausse du Nasdaq Composite reste limité.

Source des données : tradingview.com

Le niveau de support solide pour le Nasdaq Composite se situe à 10 000 points, et si le prix tombe en dessous de ce niveau, le prochain objectif pourrait être de 9 500 points.

Conclusion

Les trois principaux indices de Wall Street ont progressé vendredi après un rapport mitigé sur l’emploi qui avait suscité l’espoir que la Réserve Fédérale passe à des hausses de taux plus faibles lors des prochaines réunions. Le marché a bien accueilli les mauvaises nouvelles de la hausse du chômage et de l’avenir ; le marché boursier américain va être hypersensible à toute sorte de commentaires de la FED.